Fièvre jaune L’urgence d’une réponse à l'épidémie en cours. /

Fièvre jaune L’urgence d’une réponse à l'épidémie en cours.

Publié le 26 Apr 2022  

Une campagne de vaccination de riposte contre la maladie sera organisée dans les prochaines semaines, dans les localités les plus affectées des régions de l’Adamaoua et de l’Ouest

Depuis 2017, les cas de fièvre jaune notifiés sont sans cesse croissants. Ainsi de 20 cas, le pays est passé en 2021 à 44 cas enregistrés dans 30 Districts de santé répartis sur l’ensemble des dix régions du pays. Au premier trimestre de l’année 2022, le nombre de cas cumulés sur toute cette période est de 47 cas dont 7 décès, soit un taux de létalité de 14,89%. Même si les chiffres paraissent moins alarmants, il est à noter qu’un seul cas de fièvre jaune est un sérieux signal d’alerte en raison de ce que même un malade qui s’ignore et ne présente pas les symptômes est contagieux. La situation épidémiologique renseigne que les Districts de santé de Ngaoundéré Urbain (Adamaoua), de Malantouen et Foumbot (Ouest) sont les plus touchés. Si la maladie affecte en majorité les hommes ( 2 hommes pour une femme), l’âge moyen des patients est de 21 ans. Les données indiquent que 30% des patients résident en zone urbaine. C’est donc pour contenir cette pathologie qu’une campagne de vaccination de riposte est envisagée dans les prochains jours dans les Districts de santé cités-dessus.

C’est à cet effet qu’un atelier d’élaboration des supports de communication à déployer avant et pendant ladite campagne s’est tenu à Ebolowa du 22 au 24 avril 2022. Les outils de communication adéquats ( Dossier de presse, spots, banderoles, affiches, flyers) ont été déterminés et les illustrations et messages adaptés à chaque supports formulés. L’objectif de ces outils de communication est de préparer les populations cibles à accueillir les interventions de la campagne, mais aussi de favoriser la sensibilisation d’au moins 95% de la cible sur la fièvre jaune. 

Bien avant les travaux en atelier qui ont permis la confection de ces outils de communication, un exposé sur les généralités de la maladie présentée par le Dr Mpoulet Christelle a suffi pour apprendre que la fièvre jaune est une maladie virale présente dans les zones tropicales et transmise par les moustiques à deux espèces : l’homme et le chimpanzé. Il existe deux formes de fièvre jaune : la forme simple et la forme dite toxique. Lorsque la maladie est déclarée, seuls les symptômes sont traités afin de soulager les patients, car la maladie ne bénéficie pas encore d'un traitement spécifique. Les deux moyens de lutte sont la lutte vectorielle et la vaccination. 

Pour cette campagne de vaccination de riposte contre la fièvre jaune qui va se dérouler dans les hôpitaux, les écoles, les marchés, les lieux de cultes, les communautés, un peu plus de 613 000 personnes âgées de 9 mois à 60 ans sont concernées. Il est également prévu à l’occasion, la distribution des moustiquaires. Seules les femmes enceintes et les enfants de moins de neufs mois en sont dispensés. 

✒️ Claudel Tchinda/Celcom/MINSANTE

Administration Centrale, Dossier spécial, Actualités

Cérémonie de prés...

Rechercher un document

Nos Partenaires